Catégories
Acteurs Portraits Réalisateurs

Beidari Yacouba

Beidari YACOUBA HAMANI est
un acteur, réalisateur et promoteur de festival nigérien, né le 07 août 1969 à
Gothèye.

Inspiré par son oncle
acteur Seyni Beidari, il suit des formations en théâtre forum et fait du
théâtre classique durant des années, avant de devenir le coordonnateur de l’ONG
RAV (Réseau des partenaires des Arts Vivants pour le développement),
spécialisée dans le domaine de la réalisation par le biais du théâtre forum.

Beidari Yacouba est
titulaire d’une maitrise en informatique appliquée et d’un master en gestion
des ressources humaines. En 2005, il suit une formation au ciné-cours de Québec
(Canada) à la suite de laquelle il écrit son premier scénario.

Il réalise son premier
film, le court-métrage documentaire « Balla champion du monde » (2007).
 Ce film parle de la carrière du multiple
champion de lutte nigérien Balla Harouna, qui était champion du monde et qui a
bien voulu utiliser son titre de champion pour lutter contre le sida.

En 2009, il réalise le
film éducatif « Tsabta » qui parle des problèmes de salubrité dans le
département de Tessaoua, et enchaine avec « Nagibgi » qui est l’histoire
d’un fou qui contribue à la salubrité. Ces films sont projetés au Consulat du
Niger à Ouagadougou dans le cadre du FESPACO 2011.

En 2012, Beidari Yacouba fonde
le Festival International du Film sur les Droits de l’Homme FIFIDHO. Il se
déroule en deux phases : La phase festival qui se déroule à Niamey et met
en compétition des films de tout continent. La phase itinérante, qui se déroule
dans des villages reculés et identifiés pour une campagne de sensibilisation
sur la thématique du festival. La 6è édition du FIFIDHO se tiendra en Avril
2020 sous le thème « Gouvernance africaine, quel chef d’état pour une
Afrique émergente ? »

Dans le film
« Soundou, la poudre de ma grand-mère », il part sur les traces de sa
grand-mère qui, à l’époque sniffait une poudre appelée ‘soundou’ en Sonrai. Les
populations l’utilisaient pour calmer les maux de tête et différents types de douleurs
corporelles.

Beidari Yacouba entame
une carrière d’acteur de cinéma et joue notamment dans les films des
réalisateurs Djingarey Abdoulaye Maiga et Moussa Hamadou Djingarey. Il obtient
des rôles dans les films « Mon retour au pays » (2012) et
« Koré » (2013) de Moussa Hamadou Djingarey. Il joue dans le film
« Au plus loin dans le noir » (2014) de Djinagarey Maiga et devient
l’acteur fétiche de ce réalisateur en campant le rôle principal de ses films
suivants. Dans le film « Tourmi » (2015) de Moussa Hamadou Djingarey,
il interprète le vaillant roi d’un village qui réussit à mettre son village à
l’abri des trafiquants et des bandes armées qui le convoitent. Il joue également
dans la série télévisée « Délou » (2016) de Souleymane Mahaman.







En 2016, il est assistant
réalisateur du film « Le Pagne » de Moussa Hamadou Djingarey dans lequel
il tient le rôle principal. Variant les registres comiques et dramatiques, Beidari
Yacouba s’est illustré notamment dans des rôles d’inspecteur (Au plus loin dans
le noir) et d’officier intègre (Le cerveau noir – 2016) ; ainsi qu’un mari
aimant et protecteur : « Le pagne », « Epris d’une
mère » (2017), « Un coin du ciel noir » (2018).

Ses performances dans les
films « Le pagne » (2016) de Moussa Hamadou Djingarey et « Le
cerveau noir » (2016) de Djingarey Maiga, lui valent le Prix du Meilleur Acteur
au Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2016, ainsi qu’une nomination au
prix du meilleur acteur au festival African Movie Academy Awards AMAA Nigéria
2016, pour le « Le Pagne ».

Beidari Yacouba fait un Master
II cinéma réalisation documentaire de création à l’Institut de Formation aux
Techniques de l’Information et de la Communication IFTIC de Niamey.


En 2017, sort le premier
long métrage de Beidari Yacouba « Le Griot de Korogo ». C’est
l’histoire de vengeance entre deux peuples qui étaient intimement liés non
seulement par le sang mais par l’histoire, des riverains du fleuve. L’un
d’entre eux, par le secret du fleuve, invente un crocodile de façon mystique.
Le crocodile est sensé dévorer toutes les bêtes du village d’en face. Malheureusement,
l’affaire dégénère. Le crocodile à un moment donné, après avoir dévoré toutes
les bêtes, commence à s’attaquer aux hommes … Et parmi les hommes
même, il choisit : soit les belles femmes, soit les jeunes mariées. Et petit à
petit, tout le monde s’est senti concerné. Du coup les villages étaient obligés
de se regrouper pour faire front commun contre le crocodile
.
« Le griot de
Korogo » est sélectionné en compétition officielle catégorie long métrage aux
Trophées Francophones du Cinéma 2018, ainsi qu’au Toukountchi Festival de
Cinéma du Niger.

En 2018, Beidari Yacouba
suit une formation en écriture de scénario de film policier à Cotonou au Bénin.
Il joue dans la série policière « Niamey » diffusée sur la chaine A+.

FILMOGRAPHIE
REALISATEUR

Fiction :
« Le griot de Korogo », 72’, (2017)

Doucmentaires :
« Balla
champion du monde »
, 33’, (2007)
« Tsabta », 33’, (2009)
« Nagibgi », 13’, (2009)
« Soundou, la poudre de ma grand-mère »,
30’
ACTEUR

· Films
de Djingarey Maiga :
« Au plus loin dans le noir » (2014)
« Le cerveau noir » (2016)
« Un coin du ciel noir » (2018)

· Films
de Moussa Hamadou Djingarey :
« Mon retour au pays » (2012)
« Koré » (2013)
« Tourmi » (2015)
« Le pagne » (2016)


« Epris
d’une mère
 » (2017) d’AbdoulRachid Sanda Maiga



« Le griot de Korogo » (2017)

· Séries :
« Délou » (2016) de Souleymane
Mahaman
« Niamey » (2018) de Jean Noel Bah
Fofo Mag (2012). Beidari
Yacouba
Commentaires Facebook